crowdview #5 A l’Aube

23 Août 2019

Rencontre avec Paul, chargé du projet de financement participatif “A l’Aube”

  • Qui es tu ?

Je suis en troisième et dernière année en formation audiovisuelle (CinéCréatis) à Nantes, spécialisé en production. Je me destine donc à travailler dans des sociétés de production après mon cursus en tant qu’assistant de production, et qui sait peut-être directeur de production, et qui sait peut-être producteur un jour !

  • A l’Aube, c’est quoi ?

À L’Aube est un court-métrage produit par notre école CinéCréatis et que nous développons depuis juin 2017. En juin 2017, les deux réalisateurs, Mathilde Bossard et Jordan Amicelle, présentaient le premier synopsis du film, qui n’a pas tellement changé de celui d’aujourd’hui, même si le contenu a été largement enrichi depuis. C’est un film à dimension sociale, dramatique et féministe. On y parle d’amour, mais aussi des rapports femmes-hommes et de l’emprise du patriarcat dans la société, des sujets contemporains qui nous font beaucoup réfléchir et sur lesquels on avait envie de travailler. Le tournage s’est terminé le vendredi 27 avril, et entre dans deux semaines en post-production pour une première projection évènement le 5 juillet à l’UGC Atlantis St Herblain.

  • Pourquoi une campagne Ulule ?

À CinéCréatis c’est un peu devenu une tradition de faire une campagne Ulule pour financer nos films. L’économie du court-métrage est fragile, celle du court-métrage étudiant encore plus car il y a vraiment très peu de vocation commerciale, c’est plus une carte de visite. De fait c’est forcément plus difficile de trouver des partenaires financiers, même si les films de l’école arrivent parfois à avoir une très belle visibilité à l’international et à gagner des prix en festival (on croise les doigts pour le nôtre !). Ulule c’est une bonne façon de faire connaître son projet à nos réseaux, et c’est une vraie chance pour plein de projets qui pourraient difficilement se financer autrement.

  • Que retiens-tu de cette expérience ?

Notre campagne a été assez rapide, parfois un peu précipitée. Je disais que l’embryon du projet avait été conçu en juin 2017, mais la production elle a vraiment commencé fin 2017, et on s’est retrouvé dans le rush pour communiquer sur le film et réussir à le financer. Et vu qu’on enchaînait un peu les postes, on a eu du mal à trouver le temps pour proposer un vrai contenu vidéo et graphique sur Ulule et les réseaux. Heureusement on a quand même réussi à toucher suffisamment de personnes pour atteindre notre objectif, même si cela concerne principalement notre premier cercle.

  • Un conseil pour ceux qui souhaitent lancer une campagne ?

Les “conseils” que je pourrais donner viennent de ma réponse ci-dessus : ne pas sous-estimer tout le travail de conception pour communiquer, fournir son Ulule au maximum avec du contenu pertinent (un teaser par exemple, pas comme nous !), ne pas s’y prendre au dernier moment. Il faut réussir à trouver un équilibre : communiquer au bon moment, quand le projet est déjà solide, mais ne pas attendre d’avoir tous les éléments pour commencer à le faire, sinon c’est le rush (on a atteint notre objectif à peine 4 jours avant le tournage) !

  • Ton avis sur mon accompagnement ?

Ton accompagnement a été précieux pour bien comprendre les stratégies de communication, la façon de procéder sur Ulule (contreparties, contenus, etc). Cependant, comme je dis dans les deux questions précédentes, puisqu’on a été un peu pressé par la production du film avec un temps réduit pour la communication, j’ai pas pu mettre en application tous les conseils que tu m’avais donné. Mais je tâcherais de les utiliser la prochaine fois. 😉